PROJET IMPRIMANTE 3D AVEC L’EESA « ESPACE ENSEIGNEMENT »

Introduction

L’idée de ce projet est de réunir 5 écoles bruxelloises, néerlandophones et francophones, afin qu’elles travaillent en équipe durant plusieurs mois à la création d’une maquette de la Station Spatiale Internationale, en utilisant la technologie des imprimantes 3D.

L’intérêt pédagogique principal de ce projet axé sur la thématique de l’ISS, est de confronter les élèves à des situations-problèmes concrètes d’un certain niveau de complexité, qu’ils devront gérer en équipe, tout en leur permettant un contact et un apprentissage réel avec les nouvelles technologies de la création assistée par ordinateur.

Chaque école pourrait se voit attribuer la confection d’une partie de l’ISS et/ou aurait un travail spécifiquement défini, suite à des réunions de groupe. Les principales thématiques techniques développées au cours du projet seront la programmation, l’architecture spatiale, l’utilisation d’une imprimante 3D, etc.

Confectionner et assembler la maquette de l’ISS permet de sensibiliser les élèves à l’exploit technique que représente cette

station, tout autant que de souligner l’ampleur nécessaire de la coopération internationale gravitant autour de celle-ci.

Le présent document s’articule sur 4 points :

– L’intérêt de développer un projet autour de l’ISS et la nécessité du recours à des imprimantes 3D pour la confection de la maquette.

– Exploitation de l’aventure de l’ISS et des thématiques spatiales en tant que catalyseur d’intérêt et de motivation des jeunes envers la science et métiers techniques. Valorisation de l’Agence Spatiale Européenne – ESA en tant que vecteur de solidarité et cohésion européennes, tout autant que moteur d’innovations techniques et de développements industriels, et créatrice d’emplois en Europe.

– Le projet en détail.

– Défense du projet.

Les cinq écoles du projet sont : l’Atheneum Etterbeek, le Collège Saint-Michel d’Etterbeek, l’Ecole Européenne Uccle 1, Notre-Dame d’Anderlecht et Pieterscollege van Jette.

En dernier lieu, M. le vicomte Dirk FRIMOUT, premier astronaute belge, en vue de soutenir le projet,   le parraine !

Samantha’s cool Space Station science

 Documentaire superstructure // Station Spatiale Internationale

 Conquête spatiale : Comment vit un astronaute dans la station spatiale internationale ISS ?

LA STATION SPATIALE INTERNATIONALE, « EN BREF »

LES COMETES

Visitez la Station spatiale internationale en deux minutes:

 

CE1D : Français / Mathématiques / Néerlandais

Vous trouverez ci-dessous quelques épreuves antérieures à télécharger qui vous aideront à préparer le prochain CE1D.

Epreuves antérieures en français

Epreuves antérieures en mathématiques

Epreuves antérieures en Langues modernes

Présentation générale

Evaluations externes certificatives – épreuve certificative externe commune au terme de la troisième étape du continuum pédagogique (CE1D).

Depuis l’année scolaire 2012-2013, une épreuve externe commune devient obligatoire au terme du premier degré de l’enseignement secondaire. Elle porte sur les mathématiques et le français. À partir de 2014, elle portera également sur les langues modernes (testée dans certaines écoles en 2013) et sur les sciences, à partir de 2015. Les consignes de passation, les questions et les critères de correction sont communs pour tous les élèves qui présentent l’épreuve.

Pour qui ?

Elle concerne:

  • les élèves de 2e année commune et complémentaire ;
  • les élèves de 3e année de différenciation et d’orientation ;
  • à la demande des parents et sur décision du conseil de classe :

    • certains élèves de 1re année complémentaire ;
    • certains élèves de 2e ou 3e phase de l’enseignement spécialisé de forme 3.

Qui fait quoi ?

Pour chaque évaluation externe, un groupe de travail, composé de représentants du Service général du Pilotage du système éducatif, de l’inspection, de conseillers pédagogiques et d’enseignants, est responsable de l’élaboration de l’épreuve, des consignes de passation et de correction ainsi que des critères de réussite. Il est présidé par un membre de l’inspection.

La passation est simultanée dans toutes les écoles.

Le conseil de classe doit considérer que les élèves qui obtiennent au moins 50% à l’épreuve maitrisent les compétences attendues pour la discipline concernée. Pour les élèves qui n’ont pas satisfaits ou qui n’ont pu participer à l’épreuve totalement ou en partie, le conseil de classe peut estimer qu’il maitrise les compétences et les savoirs visés par l’épreuve, sur la base de leur dossier personnel.

Le certificat d’études du premier degré de l’enseignement secondaire (CE1D) est attribué aux élèves qui satisfont à l’ensemble des disciplines de l’année d’étude.

Afin d’éviter tout classement des établissements et des élèves, les résultats obtenus ne peuvent être rendus publics.

Les dates de passation de l’épreuve sont fixées

  • pour l’épreuve de mathématiques, au lundi 16 juin 2014 ;
  • pour l’épreuve de français, au mardi 17 juin 2014 ;
  • pour l’épreuve écrite de langues modernes 1, à la matinée du jeudi 19 juin 2014 ;
  • pour l’épreuve orale de langues modernes 1, au choix des établissements :
    • aux jeudi 12 juin et vendredi 13 juin 2014,
    • aux jeudi 19 juin après-midi et vendredi 20 juin 2014.

Pour de amples informations : http://www.enseignement.be/index.php?page=0&navi=0335

Les SMS ruinent l’orthographe, mais brassent le langage !

C sa, é tu kroa q c bi1 2 leur dir sa ?

Une très sérieuse étude, menée par des Canadiens, s’est penchée sur le désastre possible que peuvent engendrer les textos. 80 % des adolescents canadiens ont en effet recours à ces télégrammes modernes. Et forcément les parents, les professeurs s’inquiètent : orthographe laminée, syntaxe déplorable, grammaire bafouée, les symptômes sont connus…
L’étude fut menée en comparant le langage oral et la rédaction de textos sur un groupe de 70 ados. Les résultats furent présentés le 2 août aux Linguistics Society of Canada and United States Annual Meeting. Le programme se tourne donc vers quatre points : l’expression de l’intensité (it’s so…),  le célèbre futur progressif anglais (I’m going to…), les comparatifs (he was like…) et les impératifs (I have to/ I must…).
Et l’on ne s’y est pas cantonné à l’analyse des ptdr ou autres rofl… De fait, on y apprend que le texto devient une sorte de combinaisons entre langage oral et langue écrite. D’un côté des tournures proches de l’hérésie grammaticale, mais de l’autre, des formulations, qui à l’oral feraient passer leur utilisateur pour « pas cool ».
Sali Tagliamonte, qui supervise l’étude explique : « Tout le monde pense que les jeunes massacrent la langue par le biais des SMS, mais au contraire, ils nous démontrent qu’ils manipulent différents registres de langues quand ils les rédigent. Ils font preuve d’une maîtrise lucide et consciente du langage. Nous ne devrions pas nous inquiéter. »
Plusieurs choses restent à préciser : non seulement il est temps de se rendre compte qu’un langage est un organisme vivant qui évolue et se modifie selon une vieille règle de linguistique, du moindre effort (qui vise à une simplification perpétuelle de la langue, à tous niveaux). Ainsi, les modifications que drainent les SMS pourraient n’être qu’une évolution, parmi d’autres. Ensuite, il faut bien se rendre compte que les changements de supports d’écriture ont toujours participé aux mutations du langage.
Néanmoins, il ne faudrait pas voir à encourager de trop les auteurs de textos : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément… »
Merci, Monsieur Boileau.           

Source : U-Toronto